Menu

Historique des lieux d’expositions

La promenade proposée fait découvrir des lieux prestigieux de Vendôme, ville d’Art et d’Histoire : La Chapelle Saint-Jacques, le musée et la cour du cloître de l’Abbaye, le manège et les écuries du quartier Rochambeau, sans oublier le parc du château avec sa vue imprenable sur la ville.
 

Musée & Cour du Cloître
Courducloitre

Une abbaye du XIe au XVIIIe siècle

Par une nuit de 1032, Geoffroy Martel, comte de Vendôme, et son épouse Agnès, voient trois étoiles tomber au pied de leur donjon. L’évêque de Chartres leur conseille de fonder une abbaye bénédictine dédiée à la Sainte-Trinité. Celle-ci reçut le titre exceptionnel de cardinalice : à sa tête, l’abbé était aussi cardinal.
Il reste de beaux témoignage de l’époque romane (tel le clocher, un vitrail de 1125 et des fresques). Un vaste chantier gothique s’échelonne de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle et s’achève par la façade gothique flamboyante de l’église conçue par Jean Texier de Beauce.
Au XVIIe siècle, des moines bénédictins mauristes s’installent dans l’abbaye et entament un chantier (la façade sud, réalisée de 1732 à 1742, en est le plus beau témoin).
Les bâtiments entourant la cour du cloître accueillaient jusqu’à la Révolution : à l’est, le dortoir et la salle capitulaire ; au sud, le réfectoire, les chambres des moines et cellules des novices et à l’ouest, le logis des hôtes. Seule la galerie nord (le long de l’église) a été épargnée de la destruction décidée par l’armée en 1907.
Une partie des bâtiments abrite les collections riches et variées du musée de Vendôme. L’accès aux deux premiers étages se fait par un escalier en pierre du XVIIe qui menait au dortoir des moines. Les collections permanentes restituent Vendôme et ses environs, tant dans le domaine géologique qu’archéologique ; des métiers anciens tels que ceux de tanneurs, gantiers, sabotiers.
Quelques pièces remarquables : harpe de Marie-Antoinette, décor peint du château de Richelieu, table du procès de Babeuf. La salle consacrée aux faïences révèle d’importantes productions de Rouen et Nevers, le don d’une grande quantité de sculptures, médailles et dessins. Un espace spécialement dédié à l’Art contemporain rend possible chaque année un nouvel accrochage consacré à des artistes de renommée internationale.

 

 

Le Marché Couvert

Site-marchéSur l’ancienne place du pilori, la vente des fruits et légumes se faisait au XVIIe siècle sur une rue élargie. À la fin du XIXe siècle, un projet d’aménagement d’une véritable place de marché fut finalement associé à la construction d’une halle.
Une fois quelques maisons expropriées et démolies, c’est un architecte orléanais qui fut retenu pour la construction d’un marché couvert inauguré en 1896. L’allure générale de cette structure métallique fait penser aux halles construites à la manière de Baltard (célèbre architecte des anciennes Halles).

Quartier Rochambeau

SiteRochambeauQuartier Rochambeau

Source : article de Jean-Claude Pasquier paru dans le Petit Vendômois n°196, été 2004 & n°205 mai 2005

À la Révolution de 1789, les moines bénédictins quittent l’abbaye de la Trinité. Dès 1803, les militaires occupent l’ancien monastère. En 1822, le ministère de la Guerre valide un plan d’ensemble prévoyant de construire des bâtiments pour accueillir plus de 700 hommes et 600 chevaux.
En 1886, il prend le nom de Quartier Rochambeau ; en hommage à J-B. Donatien de Vimeur de Rochambeau, natif Vendômois qui a combattu en 1781 aux côtés de Georges Washington pour l’indépendance des ÉtatsUnis d’Amérique. En 1899, le régiment du 20e Chasseur de cheval s’installe et reste jusqu’au conflit de 1914-1918.
La gendarmerie reprend les lieux jusqu’en 1996, année pendant laquelle elle se réinstalle dans de nouveaux locaux à proximité.

Écuries sud

Source : recherches aux archives de l’armée de Vincennes par Gérard Ermisse, membre de la Societé Archéologique

Inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques le 2 juillet 2002, cette écurie (bâtiment I) pouvant accueillir 120 chevaux est construite en 1833-34 en complément d’une écurie construite en 1826 le long du Loir. Les plans ont été conçus par le baron de Saint-Paulin (colonel et directeur des Fortifications) et A. Maillion (capitaine chef du Génie de Vendôme A). Le bâtiment n’accueillait en 1827 que 94 chevaux, une partie des locaux servait comme lieu de stockage.

Parc du Château

SiteChateau3Les vestiges du château (XIIe-XVIIe) et de sa collégiale Saint-Georges évoquent la puissance des comtes.
Le cœur de l’espace castral est occupé par un très beau parc du XIXe siècle (l’Orangerie date de cette époque) qui offre un panorama unique sur la ville.

 

Chapelle Saint-Jacques


Le monument actuel, de style gothique flamboyant, est le résultat de constructions successives. Le lieu d’accueil des pèlerins vers Saint-Jacques-de Compostelle existait dès le XIIe siècle.
L’essentiel des volumes et du décor gothique flamboyant datent de la reconstruction de la chapelle au XVe et au XVIe siècle sous le mécénat de la comtesse de Vendôme, Marie de Luxembourg (1495-1546). Après plusieurs transformations et utilisations au fil des années, la chapelle accueille spectacles, concerts et expositions.