du 22 juin au 02 sept.

manège
rochambeau

de 14h30 à 18h30
fermé le mardi

Unsung song of city
_

La photographie de Gilles Roudière nous transporte loin dans sa géographie éclatée de bourlingueur. Elle n’a pas d’intention documentaire, c’est autre chose qu’il donne en partage : le chemin lui importe plus que la destination.
L’ailleurs et la photographie sont un territoire, le sien, celui d’une expérience sensible et sensorielle contagieuse, entre exaltation et apaisement. Il nous laisse voir à travers ses yeux et nous transporte, loin, en lui-même, à travers les yeux du monde.

Votre premier souvenir photographique, la première émotion liée à une photographie

Je ne me souviens pas précisément de la photographie qui a suscité la première émotion. Mais une image qui m’a marqué et à laquelle je pense souvent est celle de trois écolières japonaises de dos sur le pont d’un bateau, elles ont le soleil de face et regardent la mer, les cheveux de celle du milieu qui flottent au vent, occupent une bonne partie de l’image et laissent passer quelques rayons de la lumière du soleil. C’est une image très simple dans laquelle la chaleur, le vent et le mouvement sont palpables, elle est à la fois géométrique et désordonnée, magnifique et troublante… C’est une photographie de Masahisa Fukase qui apparait dans le livre Ravens.     

 

Le ou la photographe qui a suscité votre émotion


Il y en a beaucoup… S’il fallait n’en citer qu’un, je dirais Paulo Nozolino. Il pratique une photographie réduite à
l’essentiel, j’aime beaucoup la simplicité et la sobriété de ses images. C’est aussi un des premiers photographes que j’ai rencontré à mes débuts.

Votre première photographie


Une des premières photographies dont je garde le souvenir : la photographie en noir et blanc d’une maison à contre-jour dans la campagne tourangelle. L’appareil avait complètement sous-exposé l’image et je me souviens avoir été fasciné par les aplats noirs et la forme devenue très géométrique de la maison entourée d’une lumière aveuglante.

 

Le pire souvenir photographique


Un voyage de deux semaines entrepris en Albanie et dont je suis revenu sans une bonne image.

 

Votre plus beau souvenir photographique


Chacun des voyages que la photographie a provoqué. Des périodes solitaires et contemplatives, magnifiques et nécessaires.