du 22 juin au 02 sept.

orangerie
du château

de 14h30 à 18h30
fermé le mardi

À peine un paysage
_

Jérôme Galland semble arpenter des paysages. En réalité, il suit des fils ténus et visibles de lui seul, à la surface d’un vaste territoire, tour à tour minéral, végétal, d’eau ou d’éther. Il convie un peu du ciel, des maisons se font montagnes, des arbres se font chemins, au mépris d’un réel trop raisonné, révélant les fêlures heureuses de la nature. Parfois le noir se fait couleur, les lignes invisibles apparaissent, comme autant d’entrées sur un monde inconnu et borgesien, empli de douce noirceur…