EFET, Paris, France

Laure
Neves Pedro

documentaire

La trace d’un souvenir
_

La photographie est, pour moi, un moyen d’appréhender des questionnements liés à l’existence qui restent sans réponse : le temps qui passe, l’autre, soi. Dans cet ensemble photographique, je veux rendre visible un lien, un lien presque palpable entre les êtres et les choses. En mai dernier, je suis allée à la maison de retraite Greffulhe. J’y ai fait des photos des personnes et des lieux. Les habitants de la résidence Greffulhe sont semblables aux murs de la maison où j’ai grandi : fragiles et délicats. J’ai trouvé dans la fragilité d’une peinture écaillée, dans le froissement d’une peau marquée, une beauté qui m’a touchée, peut-être celle du temps qui a passé. C’est une histoire intime, c’est aussi une histoire commune, c’est celle de tout le monde.