du 22 juin au 02 sept.

manège
rochambeau

de 14h30 à 18h30
fermé le mardi

La lune de Payne
_

Géographiquement, le delta du Danube est situé en Roumanie, aux confins de l’Europe ; c’est là qu’elle finie. Sulina, qui donne sur la mer Noire, est une ville qui fut un grand port marchant, avant d’être abandonné au XIXe siècle, au profit de Constantinople. Un lieu qui fut mais qui n’est plus ; le bord, la fin, la frontière, tout cela résonne en moi. Sur le bateau qui m’emmène de Tulcea à Sulina, je sens les battements de mon coeur ralentir, mon estomac se dénouer. Au milieu de cet endroit sauvage, le monde semble se résumer à ce que je vois, rien de plus. C’est ce lieu que j’ai choisi pour en faire le décor de mon livre.

Votre premier souvenir photographique, la première émotion liée à une photographie

Mon premier livre de photographie, W ou l’œil d’un long nez de Patrick Zachmann, m’a transporté. Je découvrais une forme supérieure de photojournalisme.

 

Le ou la photographe qui a suscité votre émotion

Je suis toujours très ému par les travaux photographiques socialement engagés en même temps que poétiques, donc très respectueux des photographes comme Chris Killip, Richard Pak ou Hannah Modigh.

 

Votre première photographie

Une série de photographies de mes copains, prise un été au Monténégro, je devais avoir douze ans. C’est là que j’ai décidé que ce serait une belle vie que celle de photographe.

Le pire souvenir photographique

Enveloppé dans la photogénique vapeur d’un bain russe, en Sibérie, j’ai déclenché mon appareil pour photographier une silhouette de dos. Le type m’a entendu et s’est retourné. Je n’ai vu qu’il était tout nu et tout tatoué que lorsqu’il m’a demandé ce que je faisais au juste. Difficile d’expliquer sa démarche artistique dans un moment comme celui-là.

 

Votre plus beau souvenir photographique

Belgrade, en 2000, j’ai suivi les affrontements dans les rues de la capitale et la prise du parlement par le peuple, le jour de la chute de Milosevic, la peur et la liesse mêlées. En allant chercher mes diapos dans un labo, on m’explique que mes films se sont détachés et tombés au fond de la cuve, qu’ils sont fichus mais qu’on ne me facturera pas. Elles resterons sans nul doute les meilleurs photographies que j’ai jamais prises.